A Hambourg, la "maison aux algues" fabrique et stocke sa propre chaleur

A Hambourg, la

Au pied de l'Algenhaus (la "maison aux algues"), de son nom officiel BIQ, on est d'abord interloqué.

On croit entendre le bâtiment respirer, ou plutôt digérer. A intervalles réguliers, les façades sud-est et sud-ouest émettent un long gargouillis. Il faut s'approcher pour comprendre : dans la paroi, faite de panneaux de verre remplis d'un liquide vert, on distingue des bulles de gaz qui remontent à la surface.

L'incessant glouglou qu'elles produisent est lié à la présence d'un bioréacteur intégré à la façade, qui alimente en chaleur les quinze appartements du bâtiment. Son moteur : des microalgues. Son principe : la photosynthèse et le thermosolaire. Une première mondiale.

"Le passage des bulles permet de brasser les algues, afin qu'elles ne soient pas exposées au soleil trop longtemps et qu'elles poussent à un rythme régulier, mais le bruit peut éventuellement gêner les habitants", reconnaît Stefan Hindersin, responsable du réacteur. Depuis l'inauguration du bâtiment, en mars, il couve la croissance...

05 August, 2013