Va, pensée, guide ma voiture

Va, pensée, guide ma voiture

Nous savons tous que la pensée a une force créative. Si nous pensons fort à quelque chose, elle arrivera. Mais est-elle possible, cette transmission à des choses tellement concrète, que la conduite d’une voiture? Pourtant savants et ingénieurs travaillent surc e projet.

Les voitures du futur seront guidées par la pensée. Si le conducteur pense de tourner à gauche, la voiture se préparera d’effectuer la manœuvre, en choisissant la vitesse et la position idéales de l’auto à la chaussée pour que le virage puisse être accompli en sûreté. Science-fiction? Peut-être, mais mêmes les cellulaires au débur des années 60 étaient vues seulement parmi les „diableries” utilisées par James Bond dans les films de 007.

L’auto qui lit la pensée est un des projets en phase d’élaboration chez le Nissan avec l’objectif de la sécurité. La maison japonaise, en collaboration avec l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne a conduit des recherches et analyses sur les systêmes d’interaction entre voiture et cerveau humain – Brain Machine Interface (BMI) – qui déjà aujourd’hui aident à des handicapés de manœuvrer les chaises roulantes par la pensée. La phase suivante prévoit l’adaptation des processus de MBI à la voiture – et à son conducteur.


„L’idée de base est de fondre ensemble l’intelligence humaine avec celle de l’auto pour éliminer les conflits potentiels entre eux, assurant une expériance de conduite plus sûre” – a expliqué José del R. Millán, responsable du projet chez le Polytechnique suisse. On  fait des études approfondis depuis de longues années sur l’interaction cerveau-voiture, mais pour les applications pratiques des niveaux de concentration très hauts sont nécessaires. Pour cela, Nissan et le EPFL sont en train de développer des systêmes, qui, exploîtant les analyses statistiques, permettent de prévoir les intentions du conducteur et évaluer son état cognitif et les réactions au niveau cérébral par rapport aux circonstances. Les systêmes sont complexes, et passent par la mesure de l’activité du cerveau humain, l’analyse des schèmes des mouvements oculaires, l’examen de l’environnement de la voiture grâce á des senseurs. Tout cela devrait permettre de comprendre et anticiper les intentions du conducteur, comment faire un virage, un dépassement, ou changer de bande, et ainsi d’aider à accomplir les les manœuvres en sûreté.

04 October, 2011