Première micro maison faite aux champignons

Première micro maison faite aux champignons

Attention, je n’ai pas dit que l’on avait découvert un champignon géant et que l’on avait sculpté une micro maison dedans.

Non ! La première micro maison faite aux champignons est une « Tiny house » en bois sur remorque tout ce qu’il y a de plus classique. Les champignons ne viennent s’ajouter que pour faire l’isolation.

Retour aux Etats-Unis, dans la région de New-York, à Green Island. Ecovative est une entreprise dédiée à une seule chose, la culture de Mycélium qu’on appelle improprement champignon et qui est en fait la partie végétative des champignons, un réseau de filaments extrêmement complexe, qui se développe dans le noir sécrétant des enzymes puissantes pouvant décomposer la matière du bois et se nourrissant de la matière carbonée du sol.

Ecovative soutient que ces racines de champignon sont résistantes au feu, qu’elles ont des qualités isolantes thermiques excellentes et qu’elles sont une véritable alternative au polystyrène (dérivé du pétrole polluant) trop souvent utilisé dans l’isolation. Elles sont aussi une alternative aux isolants bios, comme la laine de bois, la laine de chanvre, la ouate de cellulose, qui demandent un léger pourcentage de catalyseurs chimiques pour les stabiliser.

Pour le prouver, ils ont construit le mois dernier dans un hangar de la région de New-York, une « Tiny house » en bois dont les murs et la toiture ont été isolés avec du Mycélium.


La particularité de cette isolation c’est qu’elle est entièrement naturelle, le Mycélium qui s’est développé dans le noir sur un support de déchets végétaux provenant de l’agriculture (broyat de tiges de céréales), devient un véritable ciment isolant dans l’épaisseur de la paroi.

Ecovative n’est pas une entreprise de construction ni même une entreprise qui fabrique des produits, elle se plait à dire qu’elle cultive ses nouveaux matériaux.

L’entreprise s’est fait connaître avec le développement de produits de packaging, le « Mushroom packaging® », une alternative au sempiternel polystyrène pour faire des boîtes de conditionnement, des blocs de calage pour le transport de l’électroménager ou des meubles en kit par exemple. Les possibilités sont infinies et le produit peut remplacer définitivement le polystyrène.


Depuis quelques temps l’entreprise se développe avec de nouvelles idées pour la construction, isolants, panneaux structurels comme des panneaux SIP aux champignons, briques de construction. Elle étudie aussi des applications dans l’automobile, comme remplacer les pare-chocs en ABS par des pare-chocs en champignons.

On ne peut qu’applaudir au développement de cette jeune entreprise. Si elle peut nous débarrasser définitivement des plastiques qui polluent notre environnement et les océans, un grand pas pour l’humanité sera fait.

01 August, 2013