Obscurcir le Soleil contre le réchauffement

Obscurcir le Soleil  contre le réchauffement


Déjà Pline le Jeune écrivit de l’obscurité qui recouvrait le monde pendant l’éruption du Vésuve détruisant Pompéi et Herculaneum. Nous avons constaté pendant les eclipses de soleil des années passées la chute subite de la température. Serait-il le remède contro le réchauffement globale?


Les savants ont pensé à cette arme extrême: émettre dans le stratosphère des particules qui délustrent la lumière du soleil, comme dans les cas des éruptions volcaniques.


L’idée des „volcans atrificiels” est basée sur l’observation de la nature: on avait constaté par exemple qu’en 1991, l’éruption du Pinatubo (Philippines) émettait dans la partie la plus élevée de l’atmosphère une telle quantité de sulfates, qu’elle a causé la réduction de la température globale de 0,5 degrés pour deux ans. Un volcan artificiel comprenderait un énorme ballon aérostatique, grand comme un champ de football, suspendu à 20 km de hauteur et attaché au sol avec un long tube élastique. A travers ce tube seront pompées et puis liberées à cette hauteur des particules adéquates pour délustrer la radiation solaire: selon les experts des substances comme l’argile, sels et oxides metalliques sont encore plus efficaces que les sulfates émis par les volcans naturels. Les savants ont estimé que 10 ou 20 „volcans” de ce type pourraient relâcher plusieurs 10 millions de tonnes de matières: una quantité suffisante pour réduire de 2 degrés la température moyenne globale. Il serait pratique d’établir ces ballons gigantesques en pleine mer.


Le projet, nommé Stratospheric Particle Injection for Climate Engineering (Spice) est guidé par Matt Watson, professeur des sciences de la Terre à l’Université de Bristol, et prévoit comme premier pas une expériment en échelle réduite: dans une mongolfière normale, suspendue de l’eau sera pompé qui ensuite s’évaporera ou retombera sur la terre sous forme d’une douce pluie.
L’expériment sera conduit au cours des mois prochains dans un aéroport abbandoné près de Fakenham (Angleterre de l’est), sous la direction de Hugh Hunt, professeur d’ingénierie  à l’Université de Cambridge, et servira de rassembler des données pour la faisabilité du projet à grande échelle.

09 October, 2011