Antigel, du radiateur aux cellules solaires low-cost

Antigel, du radiateur aux cellules solaires low-cost

Du radiateur des automobiles aux cellules solaires low-cost. Cela pourrait être la nouvelle destination de l’antigel, grâce au travail conduit par un team de l’Oregon State University.
Les ingegneurs de l’athénée américain ont mis au point un processus qui combine quelques matiéres relativement bon marchpé et un des additifs liquides plus communément employé dans les voitures pour obtenir un produit photovoltaïque moins coûteux et plus eco-friendly.
L’équipe a découvert que le glycole éthinénique, communément utilisé dans les produits antigel, peut constituer une solution économique á employer avec succés dans les „réacteurs á flux continu, une des derniéres approches technologiques á la production de thin film. Cette typologie de réacteurs est employé pour réaliser des microémulsions et encres de nano-particules, en offrant un contrôle précis de la température, du temps de réaction et du matériel.
„L’usage á niveau global de l’énergie solaire peut rester restreint si les matériaux employés pour la production des cellules sont trop coûteux, ou demandent l’usage de substances chimiques toxiques” – a expliqué Greg Herman, professeur associé du Département d’Ingégnerie Biologiques et Environnementales de l’Université – nous avons besoin de technologies qui utilisent matériaux peu coûteux, abbondants et de préférence extraits localement.”
La technologie, actuellement en phase de développement, fait usage de glycole ethilénique en réacteurs meso-fluidiques pour fabriquer cellules en film subtile de CZTS, un sémi-conducteur de nanocristux dont le nom vient des initiales des élément qui le composent: le cuivre, le zinc et le sulfure d’étain.

25 July, 2013