Sois utile à ton prochain, tu auras une vie longue

Sois utile à ton prochain, tu auras une vie longue

Il est mieux de donner, que de recevoir. Etre bon est une bonne chose – ces sagesses classiques vont maintenant être prouvés par la science, comme modèles d’une vie saine.


Etre altruiste, avoir le désir réel d’être utile aux autres, semble être l’élixir de la longue vie – au moins selon une nouvelle étude publiée dans la revue Health Psychology.


Les savants américains qui ont analysé les donnés provenants du Winsconsin Longitudinal Study, ont découvert qu’être altruiste fait allonger la vie, mais, attention, seulement si on agit sincèrement et avec la pureté de l’âme.  Il ne sert à rien de l’être par convenance, pour la satisfaction de l’ego personel ou parce qu’on a lu cette nouvelle. Plus on est altruiste sincère et motivé, plus on aura la vie longue, faisant valoir le proverbe: plus tu fais bien aux autres, plus tu le fais pour toi-même…

Le Winsconsin Longitudinal Study a suivi un champion casuel de plus de 10 mille étudiants depuis 1957, l’année de leur bac jusqu’à de nos jours. Leur 51,6 % étaient des femmes, leur âge moyen était de 69 ans en 2008. De toutes les personnes concernées, les savants ont évaluer leur santé physique, leur statut socio-économique, l’état civil et les diverses facteurs de risques pour la santé, comme le poids et le BMI.


Arrivés en 1980, les auteurs de l’études ont vérifié si les sujets font-ils de l’activité volontaire ou d’utilité sociale. Ensuite, en 1992, ils ont de nouveau vérifié l’état général de santé des participants pour les examiner en 2008 ceux qui étaient encore en vie.


Les donnés recueillis pendant tout le période d’étude ont montré que des 2384 participants qui n’ont pas fait du travail volontaire, le 4,3 % était décédé. Cette valeur ne differait pas beaucoup du pourcentage du groupe dédié au volontariat pour des motifs d’ego ou de satisfaction personelle. Par contre, de ceux, qui s’adonnaient aux autres avec un esprit d’altruisme sincère, seulement 1,6 % ont décédé.


Ces donnés, disent les savants, montrent comme l’activité altruiste dirigée par des sentiments sincères puisse favoriser la longévité ou bien réduire le risque de la mort prématurée.

07 October, 2011