Le cannabis sauve les lignes et réduit le risque du diabéte

Le cannabis sauve les lignes et réduit le risque du diabéte

La marijuana améliore la fonction insulinique, prévient le diabéte, et aide á rester en forme.

Á soutenir cela n’est pas une comité pour la légalisation du cannabis, mais une étude – publiée par la revue scientifique  The American Journal of Medicine – réalisé par des experts de quelques prestigieuses institutions de recherche américains: l’Université de Nebraska,  le Harvard School of Public Health et le Beth Israel Deaconess Medical Center di Boston.
Toutes les recherches jusqu’aujourd’hui ont confirmé, que les consommateurs habitués des joints mangent en moyen 600 calories par jour en plus par rapport au moyen, parce que la „fumée” fait de l’appétit. Cependant la nouvelle étude démontre que tendenciellement les fumeurs de marijuana sont plus maigres: „l’herbe” on ne sait pas encore clairement pourquoi, en qualque maniére les protégent du risque de l’obésité.
Dans la recherche 4600 individus sains ont été observés, dont 12% étaient des fumeurs habitués de marijuana, tandis que 42% a déclaré d’avoir fumé des joints dans le passé. Les experts ont monitoré leur état de santé, la circonférence de la taille, les niveaux hématiques de cholesterol et de sucre, plus l’insuline á jeun.
Dans la confrontation des données est arrivé la surprise: les fumeurs habitués du cannabis sont toujours plus maigres des non-fumeurs, ont une circonférence de taille plus petite, en égalité avec les autres facteurs, de l’âge á l’activité sportive. En plus, ils ont de plus hauts niveaux de bon cholesterol et un meilleur contrôle du sucre dans le sang, donc „l’herbe” améliore la fontion insulinique.
Les savants ont découvert aussi que l’association positive était plus faible chez ceux qui ont déclaré d’avoir fumé de la marijuana, mais pas dans les derniers 30 jours. Selon les chercheurs cela suggére que l’effet de cette substance est plus forte dans le période d’usage récente.
Il est trop tôt, précisent les savants, pour soutenir que la marijuana puisse être usé comme reméde contre l’obésité et le diabéte, mais en comprenant les mecanismes de base elle peut suggérer de nouvelles voies thérapeutiques pour ces problémes.
L’usage thérapeutique du cannabis est reconnu depuis des années par la communauté scientifique. Des médicaments avec le principe active de la marijuana sont utilisé chez beaucoup de nations du monde, y compris quelques pays de l’UE et dans les États-Unis pour alléger les symptômes de maladies comme le cancer, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, le psoriase et l’eczéma atopique.

01 June, 2013