Les cellules solaires de la IV. génération sont nées

Les cellules solaires de la IV. génération sont nées

Le monde de la technologie énergétique donne le bienvenu aux cellules solaires de la IV. génération, fruit du travail de l’Institut des Technologies Avancées de l’Université de Surrey.
C’est ici, que le professeur Ravi Silva a identifié la gamme de combination entre matériaux organiques et inorganiques qui seront la base de la nouvelle ére technologique des dispositifs photovoltaïques, en ouvrant la porte á une production d’énergie solaire plus efficaces, plus convéniante et de plus grande échelle.
Les nouvelles cellules 4G sont un hybride qui combine le coût bas et la flexibilité des films polymériques conductifs (matériaux organiques) avec la stabilité dans la durée des nouvelles nanostructures (matériaux inorganiques). Ce mix technologique améliore le recueil de l’énergie solaire et sa conversion en électricité, en offrant une éfficacité meilleure par rapport aux actuelles cellules solaires 3G (seulement organiques), en maintenant leur coût bas.
Ensemble avec une série d’instituts célébre de recherche, l’Université de Surrey est partenaire du programme européen SMARTONICS (FP7), un projet á 11,6 millions d’euros, conduit par l’Université Aristote de Thessaloniki. Ce projet développe des machines, des instruments et processeurs intelligents pour la production á grande échelle des cellules solaires de la IV génération, en utilisant la technologie d’imprimerie roll-to-roll.
En présentant la nouvelle technologie 4G á la 10. Conférence Internationale sur les Nanosciences et Nanotechnologies en juillet, le professeur Silva a expliqué: „Ces matériaux de nouvelle génération pour les cellules solaires ont été ingénieurisés sur échelle nanometrique.  Ils sont projetés pour maximaliser le recueil de la radiation solaire et á générer de l’énergie électrique avec une plus grande efficacité.”

09 August, 2013