Kenya: éolienne d’e-waste

Kenya: éolienne d’e-waste

L’énergie solaire est devenue la source d’énergie pure préférée du tiers-monde, et pour une bonne raison: les développements continus technologiques l’ont rendu relativement peu coûteuse et les modules photovoltaïques sont relativement robustes.

Mais ses éléments, avant d’arriver à la destination, voyagent souvent de centaines de kilomètres, par des livraisons internationales, qui rendent cette solution énergetique peu idéale parce qu’il arrive que des pièces doivent être réparées ou remplacées. Access:Energy a décidé de pousser la population du Kenya privée de l’accès au réseau électrique vers une approche différente des sources renouvelables.
Plus de 80% des habitants du Kenya (à peu près 30 millions de personnes) n’ont pas d’accès à l’éléctricité et l’organisation est convaincue que le mode plus simple de leur fournir de l’énergie est de leur enseigner de le faire. Le but est de propager l’usage des mini-turbines éoliennes en donnant à la population les connaissances techniques pour réaliser leurs propres aérogénérateurs à partir de déchets métalliques, électroniques et des parts d’automobiles.
Le dispositif nommé Night Heron Turbine est basé sur un projet open-source développé par l’anglais Hugh Piggott et a un potentiel nominal de 700 W et deux options de output (12 V ou 24 V). La turbine produit de l’énergie électrique à un coût deux ou trois fois inférieur par rapport aux modules photovoltaïques de la même capacité et il peut générer de l’énergie suffisante pour 50 maisons rurale (2,5 kWh par jour environ), mais il peut surtout se classer comme un vrai produit à km 0, réalisé avec des matériaux et force de travail locaux. Le projet pointe à réunir deux éléments fondamentaux comme la recherche de l’indépendance énergetique et la croissance de l’emploi, en créant des lieux de travail qualifiés.
„Nous travaillons avec les artisans du département Jua Kali a Kisumi, une communauté d’ingénieurs, inventeurs, mécaniciens hautement qualifiés – ont expliqué chez Acce – Ici les entreprises sont capables de produire avec une qualité supérieur par la promotion de l’usage des matériaux, connaissances et production locaux”.
Le kit „plug-and-play” coûte un peu moins de 200 euros, tout compris: le roteur, l’arbre, les piles pour le stockage de l’énergie en surplus, les câbles, l’installation et la mise en fonction.

05 March, 2012