Peer tutoring: apprendre de son contemporain

Peer tutoring
peer tutoring

Pour améliorer le rendement à l’école, la meilleur solution ne sont pas les corrépétiteurs, les professeurs et enseignants privés, mais l’élève de même âge ou de quelques années de plus. Selon une étude anglaise cette méthode, appelée peer tutoring, a des bénéfices remarquables soit pour apprendre, soit pour la capacité des rapports humains.


L’étude analysait les résultats d’un projet de large échelle, le plus grand jamais réalisé dans 129 écoles élémentaires écossaise pendant deux ans. Il en était conclu que les petits enfants, déjà à l’âge de 6-8 ans, peuvent bénéficier significativement de l’aide d’un camarade plus préparé, du même âge ou un peu plus grand, qui étudie avec eux: il en suffit 20 minutes par semaine pour faire la différence.


Et les résultats sont supérieurs de ceux avec des méthodes plus coûteuses. La méthode est particulièrement attirante parce qu’elle est facilement réalisable, tant que les auteurs de l’études suggèrent de l’appliquer à l’échelle nationale, soutenant le travail des enseignants et assistants d’école.


Le peer tutoiring, expliquent  Peter Tymms, du School of Education della Durham University,  et ses collègues, est une forme spéciale d’études entre égaux. Avec une structure précise, à deux, das laquelle l’élève plus préparé sera le tuteur de l’autre, qui peut être du même âge, ou plus petit. Comme les autres formes d’études coopératives, elle favorise, contrairement à celle compétitive ou individuelle, l’interaction entre les enfants, l’estime de soi et l’empathie.

Selon le professeur Tymms, qui a travaillé en partneriat avec l’université de Dundee e le Fife Council, et a publié les résultats du projet dans la revue School Effectiveness and School Improvement, le tutoring demande de l’organisation et un peu d’entrainement, mais c’est une méthode peu coûteux, parce qu’il ne nécessite aucun appareil spéciale.

Vygotsky enseignait que le contexte social est fondamental pour les études: si un enfant arrive seul à une certaine capacité d’évoluer, aidé par une personne plus compétente, il peut remonter et atteindre son niveau optimal. Quand le tuteur est son pair, il y a plusieurs avantages. Il y a une plus grande voisinage de modalité cognitive, entre les enfants du même âge on fait usage d’une stratégie semblable pour apprendre. Et puis, „l’autorité” du professeur manque aussi, qui, selons les auteurs, peut aider le petit à être plus ouvert à révéler ses lacunes au camarade. Ils ont de la confiance pour l’un et l’autre. Les conflits diminuent, la communication s’améliore. Le méchanisme de l’aide reciproque van naître qui se transforme à un dinamisme social vertueux.

Dans l’étude anglaise, les résultats les plus significatifs apparaissaient aux lettres et aux mathématiques. En général, l’impression des enseignants était positive, 92 % ont jugé le projet de succès, et ils ont constaté la responsabilisation des enfants.

15 September, 2011