Recyclage perpétuel: le grand défi de la nouvelle révolution industrielle

Recyclage perpétuel: le grand défi de la nouvelle révolution industrielle

Bouteilles de plastique qui deviennent t-shirts, déchets d’acier qui enrichissent le fond des routes, pièces d’ameublement complèment réutilisables: les voies du recyclage sont infinies. Et elles puissent représenter une grande opportunité de croissance pour les sociétés qui le pratiquent.


Mais, à la base de cette perspective, qui nous ammène de réutiliser des matériaux déjà exploités au lieu de consommer les ressources naturelles toujours plus rares, il y a une révolution industrielle au niveau global. Le modèle productif traditionel consomme les ressources, crée des produits, avec des déchets qui polluent. Les nouveaux modèles projettent ou  reprojettent les produits à la base de cycles de vie terminées qui ne nuisent pas à la santé humaine et l’environnement, valorisant les éléments qui peuvent être réutilisés perpétuellement.
„Recycler toujours les mêmes matériaux sera le mode unique en perspective de nous défendre de l’épuisement des ressources” – soutient Michael Braungart, le gourou allemand de la planification régénérative, connue comme C2C ou Cradle to Cradle, du berceau au berceau. Braungart pointe sur la révolution radicale de la production industrielle, en séparant le cycle des matériaux organiques de celui des matériaux „techniques”, donc synthétiques. Les deux cycles and son système restent toujours divisés et se croisent seulement dans le produit fini, qui, après l’usage va être rendu aux producteur et désintegré pour faire entrer les deux types de matériau chancun dans son cycle de pertinance: les organiques peuvent retourner dans la terre, les techniques vont être réutilisés. 
Cradle to Cradle est un mot d’ordre qui caractérise désormais un mouvement très vaste, constitué de centaines d’entreprises, instituts de recherche, sociétés publiques et agences de certification. En une dizaine d’années, la Mdbc – fondé en Virginie par Braungart avec l’architecte américain William McDonough pour aider les entreprises à se convertir à sa philosophie – a certifié avec le marque C2C un millier de produits dans le monde entier. „Malheureusement j’ai trouvé beaucoup plus d’audience dans les États-Unis, que chez moi” – dit-il amèrement Braungart.
Les substances toxiques dont l’usage est général dans les manufactures, sont le problème principal à resoudre dans les processus industriels que Braungart cherche de révolutionner. Celui, qui entre dans l’optique de la production régénérative, il doit les éliminer le plus possible. En pratique, le système Cradle to Cradle prévoit trois phases: l’analyse, auquel chaque entreprise doit soumettre les produits à certifier, pour identifier toutes les subtances chimiques utilisées, en remontant dans le supply chain jusqu’à neuf passages. Ce n’est pas un simple processus: une télévision, par exemple, peut contenir plus de 5 mille substances chimiques diverses. Après avoir analysé à fond la composition du produit et du supply chain, vient la deuxième phase: il faut le redésigner, en réduisant au minimum les substances toxiques. „Nous savons qu’on ne peut pas toujours réduire ce numéro à zenro, mais nous essayons de nous y approcher le plus possible et souvent nous obtenons des résultats suprenants” – précise Braungart.  Le dernier pas est de construire un nouveau supply chain, basé sur processus fermés: tous les matériaux usés pour les nouveaux produits doivent être basés sur des substances, qui ont eu une vie précédente. L’objectif de longue terme est une société à zero déchets.

06 March, 2012